Producteurs

Bodegas Álvarez y Díez

BODEGAS ÁLVAREZ Y DÍEZ

Modesto Alvarez Romero et Eladio Díez Ossorio ont fondé Bodega Álvarez y Díez en 1941 à Nava del Rey, sur la rive sud du fleuve Duero. Juan de Benito dirige aujourd’hui l’entreprise en deuxième génération avec un franc succès. Il s’appuie pour cela sur les nouvelles technologies sans pour autant négliger l’authenticité régionale. La plus grande fierté de la cave est aujourd’hui le Mantel Blanco, vinifié de manière traditionnelle à partir du cépage verdejo.



«Appréhender le vin comme une œuvre d’art, de la terre au verre.»

Enrique J. de Benito y Rodriguez, vigneron

Le cépage verdejo est présent dans la région depuis le XIe siècle. À l’époque, le bassin du Duero accueillait déjà des colonies de Cantabres, de Vascons et de Mozarabes. Ce sont ces derniers qui ont apporté le cépage verdejo d’Afrique du Nord.

Jadis propriété de l’Église, l’ancienne cave souterraine où étaient déposés les raisins pour la dîme, est toujours entretenue et utilisée.
Les cépages verdejo, sauvignon blanc et viura sont cultivés sur plus de 100 hectares. Le climat et les sols contribuent à la pleine expression du caractère des vins.
Vers le site web »

Vins




Boussole Magazine

South Wines, un univers de rêve

 

Sélection vins de fêtes

L’excellence en caisses bois et etuis.

QUINTA NOVA INVENTE LES VINS DE DEMAIN

Quinta Nova de Nossa Senhora do Carmo séduit par sa beauté incomparable. Perché au-dessus du Douro, niché au cœur d’un paysage unique au monde et préservé à juste titre.

QUINTA DE S. JOSÉ: LE SOLEIL DANS LE CŒUR

João Brito e Cunha est un modèle d’hospitalité pour la nouvelle génération de vignerons qui se sont établis sur les rives du Douro et ont donné vie à des projets pleins d’ambition.

PORTO, LE BERCEAU DES VINS DU MÊME NOM

Même si les raisins poussent dans la vallée du Douro, la ville côtière lusitanienne de Porto donne son nom aux vins éponymes. Ils y sont transportés pour leur maturation et leur stockage.

LA CLÉ DE LA RENOM- MÉE: UNE PUBLICITÉ BIEN PENSÉE

L’histoire de Sandeman remonte à 1790. Alors âgé de 25 ans, George Sandeman demande à son père un prêt de 300 livres pour s’installer comme négociant en vin à Londres.